index du blog

http://warhammer-old-school.blogspot.comImage HTML map generator

HEEDENHOF / LE GUIDE D'UNE VILLE DE L'EMPIRE





Un épisode d'une suite d'aventures qui se déroulaient dans le Hochland devait avoir lieu dans une ville de moyenne importance. J'avais donc décidé, un peu par hasard, de porter mon choix sur Heedenhof. Pour l'occasion, j'avais vaguement esquisser les lignes majeures. Depuis, au gré des scénarios, je me suis laissé prendre par l'envie de faire un guide précis et détaillé de la ville (à l'image du supplément Middenheim, la Cité du Loup Blanc et, dans une moindre mesure, Bögenhafen dans le scénario d'Ombre sur Bögenhafen) afin de donner un cadre récurent à des aventures et des intrigues urbaines.

PRÉSENTATION SOMMAIRE                        



Heedenhof est une ville du Hochland de près de 2500 habitants. Située sur la grande route de la Vieille Forêt qui relie Middenheim à Talabheim, c'est une place commerciale importante : tous les voyageurs et les marchandises qui vont et qui viennent des deux grandes cités indépendantes y transitent.


Cette carte est tirée du site Mad Alfred's WFRP Page


AU DELÀ DES MURS DE LA CITE 

Au Nord-Ouest, s’étendent les collines enchevêtrées, une contrée dangereuse de coteaux et de marécages que seul Fort Schippel surveille. Une piste caillouteuse chemine dans les collines sur une cinquantaine de kilomètres, traversant quelques hameaux agraires isolés.


Au Nord, la Grande route de la forêt se déroule à travers la  sombre et inhospitalière forêt de la Drakwald sur près de 100 kilomètres avant d’atteindre le village de Garssen, puis la ville de Bergsburg, ancienne capitale de la province du Hochland. Bien que moins dangereuse et redoutée que sa partie du  Middenland, et malgré l’escorte de patrouilleurs ruraux et de mercenaires, les caravanes commerciales qui traversent la partie Orientale de la Drakwald qui se situe dans le Hochland sont fréquemment attaquées par des bandes de hors-la-loi et de gobelins en maraudes. C’est une route périlleuse pour des voyageurs isolés. 

En direction du Sud, la Grande route de la forêt emprunte les bords de la rivière Flaschgang en passant par les villages de Gerzen et de Flaschpurt, puis, elle s’enfonce dans les forêts méridionales du Hochland en direction de la cité souveraine de Talabheim.


L'ÉCONOMIE DE LA CITE 

La ville de Heedenhof étant une place commerciale importante, son économie repose principalement sur le commerce. Toutes les marchandises qui viennent de la Norsca, du Nordland et du Middenland, via Middenheim, ou qui viennent de la partie méridionale de l’Empire, via Talabheim se retrouvent sur la Marktplatz (la place du marché) et dans les entrepôts commerciaux du Speicherstad districk

De ce fait, bien que la ville soit sous l’autorité du Comte Karl-Heinz von Heeden, les intérêts commerciaux dominent la vie politique de la cité. Le pouvoir émergent de la bourgeoisie marchande de la cité - notamment celui des familles rivales Pfaffen de Talabheim et Brückmann de Pferburg - et des principales guilde commerçantes balance le pouvoir de la vielle aristocratie nobiliaire. 

La production de bois (chênes, platanes et autres arbres à feuilles caduques qui colonisent cette partie de la forêt), ainsi que l’ensemble des secteurs d’activité qui dépendent de ce commerce sont très importants. Les arbres des forêts aux alentours de Heedenhof sont coupés, élagués puis acheminés via la rivière Flaschgang jusqu’aux scieries situées en aval. Au terme de son voyage fluvial, à Tussenhof, le bois est débité, acheté par des courtiers, chargé sur des chalands et expédié dans tout l’Empire.



En outre, Heedenhof compte les relais de coche des compagnies de diligences de la Tour de Roc et du tunnel de Talabheim. Elles sont basées sur l’avenue principale de la ville, la HeedenStrasse. Tous les jours, des diligences arrivent et partent à destination de Talabheim ou de Middenheim. Récemment, la compagnie le vent de l’Est, basée à Hergig, qui souhaitait développer son activité dans cette partie de l’Empire, a installé une de ces officines dans la ville. D'après les rumeurs, la compagnie le Vent de l'Est aurait recours à des actes de sabotage sur les diligences des deux compagnies rivales pour réussir à s’imposer sur l’axe Middenheim/Talabheim. Pour l’instant, de telles pratiques scabreuses n'ont pu être mises en évidence.


  LA SOCIÉTÉ D'HEENDEHOF

Placée sur un axe routier et commercial important entre les cités indépendantes de Middenheim et de Talabheim, la population de Heedenhof est par conséquent relativement cosmopolite. Sur la Marktplatz, Hochlanders, Middenlanders, Talabeclanders et autres représentants des provinces Impériales se côtoient.  Il n’est pas rare non plus d’y croiser un elfe, un nain ou un halfeling. Charmés par l’activité de la ville, de nombreux voyageurs décident de s’installer à Heedenhof et chacun met en avant la richesse et la prodigalité de son origine à la devanture de sa boutique ou de sa demeure. Les habitants de Heedenhof, à l’écart des frictions frontalières, sont réputés être parmi les plus cordiaux de toute la province du Hochland.


Selon un axe théorique, en suivant l’inclinaison progressive de la ville, les différentes strates de la société de Heedenhof s’échelonnent de l’Ouest vers l’Est. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne des bords de la rivière Flaschgang, les masures, les cabanes, les habitations modestes traditionnelles en bois du Hochland sans étage et aux toits de chaume, font place aux maisons bourgeoises à colombage et aux manoirs cossus à la mode de Talabheim que l’on trouve sur les hauteurs de la ville.


POLITIQUE ET GOUVERNEMENT


La ville d’Heedenhof est sous la juridiction de la famille nobiliaire von Heeden depuis de nombreuses générations. Actuellement,  son dirigeant en est le Burgraff Karl-Heinz von Heeden.

Heedenhof, à l’instar des villes commerciales les plus prospères de l’Empire, jouit d’une charte de commune octroyée par Grunhuld von Heeden, l’arrière grand père de Karl-Heinz, à l’élite naissante de la bourgeoisie marchande. En échange d'une contrepartie monétaire, cette charte lui procure des privilèges et une certaine autonomie face aux différentes guildes et corporations de métiers de la ville. 

Symboliquement, cette émancipation est représentée par des symboles tangibles qui s'inscrivent dans le paysage urbain : la cloche municipale (symbole du droit de réunion), le beffroi du conseil de ville (une tour qui symbolise la puissance bourgeoise en rivalité avec le donjon seigneurial), l'hôtel de ville (maison commune), et les halles (marchés couverts).

Bien que Karl-Heinz von Heeden puisse, par théorie , exercer un droit de juridiction omnipotent sur la ville, pratiquement, le pouvoir politique est entre les mains du Stadtrat (c'est à dire le Conseil de Ville). Le Stadtrat est formé d'une assemblée de conseillers représentants les guildes majeures, les temples de Véréna, d'Handrich et de Sigmar, les maisons marchandes les plus influentes, et de l'élite bourgeoise de la ville . Le prévôt fait également partie du Stadtrat. Il représente directement les intérêts du Burgraff.

Une fois l'an, le Stadtrat est chargé d'élire son organe exécutif, le Bürgermeister, entre les mains duquel repose réellement le pouvoir exécutif de la ville. 

RELIGION ET CULTES


Heedenhof est Sigmarite. Toutefois, la dévotion de ses habitants n’est pas aussi prononcée que dans la nouvelle capitale provinciale de Hergig. L’inclination nationaliste y semble émoussée par l’hétérogénéité des dieux vénérés à Heedenhof . La ville étant un lieu de passage, sa population y est cosmopolite et, de fait, de nombreuses croyances y sont représentées...dans une harmonie toute relative.

Par tradition, la famille régnante, les von Heeden, entretient une profonde dévotion pour Sigmar. Le temple de Sigmar se trouve sur la HeedenStrasse, la rue principale qui relie les deux portes de la ville. Le temple, avec son dôme octogonal doré surplombé par une statue de Sigmar brandissant Ghal-Maraz tendu en direction d’Altdorf, est le plus grand bâtiment de la ville. Ses trois larges entrées au tympans décorés par de grandes fresques retraçant la vie de Sigmar Heldenhammer, sont ouvertes à toutes heures de la journée et permet aux voyageurs et aux dévots de manifester leur foi au Dieu-Héros fondateur de l’Empire. Le temple abrite de nombreux initiés, prêtres et scribes. 


Le temple de Véréna est un édifice aux colonnades et à l’architecture Tiléenne caractéristique. Il fait face à la Marktplatz et est attenant au bâtiment de la Guilde des Commerçants de Heedenhof. Véréna y est vénérée sous son aspect juridique. Le temple fait office de cours de justice et de scriptorium des lois. Les nombreux scribes et clercs de Véréna sont parti prenante dans tout les transactions commerciales et les différents commerciaux de la ville. 

Le temple de Shallya est situé à à quelques pas de la porte Ouest de la ville, la TalabheimTor. C’est un bâtiment de taille moyenne, rectangulaire, au frontispice sans ostentation. Il dépend directement de celui de Bergsburg, l’ancienne capitale située un peu plus loin au Nord. Ses portes sont ouvertes de l’aube jusqu'à la tombée de la nuit aux voyageurs sans le sou et aux indigents de la ville

Le temple Ulric est le plus petit temple de Heedenhof. C'est un petit bâtiment gris et austère. Il a été construit récemment afin de montrer la tolérance religieuse des habitants de Heedenhof. Malgré les dissensions entre les deux cultes, à Heedenhof, ceux de Sigmar et d’Ulric lient des rapports de bonne entente et de respect cordial. 

Le temple d'Handrich (à compléter)

ENTRER DANS HEEDENHOF

Deux portes de ville permettent de pénétrer dans Heedenhof : les voyageurs qui empruntent la route de la Grande Forêt en direction du Sud, rentrent dans Heedenhof par la MiddenheimTor, la porte de Middenheim. Ceux qui viennent de la partie méridionale de la Baronnie du Hochland, du Talabecland ou de la Cité-Souveraine de Talabheim, y accèdent par la TalabheimTor, la porte de Talabheim.

Les Portes de la Ville

Il y a deux portes de ville à Heedenhof : la TalabheimTor, la porte de Talabheim et la MiddenheimTor, la porte de Middenheim.

Toutes deux présentent la même architecture : une solide porte en bois de chêne à double vantaux renforcée par une herse en fer est flanquée par deux tours de pierre circulaires hautes de 2 étages et percées de nombreuses embrasures. Chacune est ornée des armes de la ville : une roue de coche sur un fond vert et rouge, couleurs du Hochland.


Le rez-de-chaussée sert de baraquement au contingent de 4 gardes en armes qui sont en faction permanente aux portes. Au sous-sol, régulièrement inondée de plusieurs dizaine de centimètres par les eaux de la rivière Flaschgang, se trouve plusieurs cellules de détention où sont enfermés ceux qui sont pris à pénétrer clandestinement dans la ville (voir plus bas). Le premier étage est chichement aménagé pour pouvoir accueillir, en cas de besoin, une garnison de soldats. Enfin, le sommet, procure une excellente position pour surveiller les files qui se massent aux portes.

Passé le contrôle de la porte, les visiteurs, selon qu'ils soient à pied ou à véhicule, s'engouffrent à travers un des deux passages différents : l'un, le passage charretier, est suffisamment large pour que deux véhicules (une file pour pénétrer dans Heedenhof, l’autre pour en sortir) puissent s’y croiser sans difficulté de front. Il est réservé à tous les véhicules (diligences, charrettes, etc.) et aux cavaliers. L’autre, plus étroit, le passage piétonnier, est réservé aux aller et venus des voyageurs à pied.

Les portes de ville ferment à partir de la tombée de la nuit et restent closes jusqu’aux premières lueurs de l’aube.

Les Factionnaires

Les gardes des portes de la ville ont autant la charge de veiller à la sécurité d'Heedenhof que de gérer le flux continuel des personnes, des véhicules et des marchandises qui y rentrent et sortent continuellement.

Une de leur mission consiste à confisquer les armes et les objets illicites : comme partout ailleurs dans l’Empire, sont jugés comme illicites les armes dont la lame est plus longue qu’une dague type, ainsi que toutes les armes à deux mains, les armes à ignition, les armures ostentatoires (seules sont jugées acceptables les pièces de cuir) et les objets magiques. A part dans le cas spécifique d’une autorisation particulière délivrée par le Burgraff von Heeden ou émanant d’un pouvoir supérieur à celui-ci, toutes les armes qui répondent à l’un de ces critères sont confisquées et consigné. En échange, leur propriétaire perçoit un billet leur permettant de les récupérer au sortir de la ville. 

L'Octroi

Des collecteurs d’impôts et des scribes postés aux portes sont chargés de percevoir l’octroi, c'est-à-dire une taxe directe d'entrée des personnes ou des marchandises. Les voyageurs doivent s’acquitter d’une somme de …pistoles / jambes d'hommes ou d’animaux. L’octroi s’applique également sur l’importation de certaines marchandises. Les marchandises soumises à cette taxe ainsi que son tarif peut varier selon les besoins du Burgraff von Heeden pour financer les travaux et l’entretien de la ville. Les gardes sont là pour les aider dans leur tache de perquisition et veiller à ce que chacun, bon gré mal gré, s’en acquitte.

Seuls en sont exempts les individus pouvant présenter un document officiel ou un sceau légal attestant de l’exonération, c'est à dire les prêtres et dignitaires des cultes reconnus par l’Empire, les membres des principales guildes de la  ville, la classe nobiliaire, les employés et les passagers des compagnies de transport licenciées, ainsi que toute autre personne répondant au nom de l’Empereur ou du Burgraff von Heeden ou de la Baronne du Hochland dont von Heeden est redevable.

Le Passage Clandestin

Pour les moins fortunés ou les plus filous, il est bien entendu possible de pénétrer clandestinement dans Heedenhof. Cela peut se faire par une porte de ville, en essayant d’échapper à la vigilance des gardes ou, à l'Ouest de la ville, en traversant illicitement la rivière Flaschgang par quelque moyen.

La première solution est relativement malaisée et hasardeuse. Beaucoup de monde traversent quotidiennement Heedenhof et les gardes, même s’ils ne font pas montre d’un zèle particulier, sont tenus de veiller au grain. Il est toutefois possible de profiter d’une diversion ou d’un mouvement de foule. 

La deuxième solution parait plus facile. En effet, la partie de la ville qui s’ouvre sur la Grande Forêt n’est pas ceinte d’une fortificationLe courant de la rivière Flaschgang est important et la traverser à la nage requiert la réussite à un test de Natation. Il est plus aisé de traverser à sec grâce à une barque de pécheurs. Quoi qu’il en soit, les gardes de la ville ne sont pas dupes et un patrouille de 3 gardes circule régulièrement le long de la rivière et au niveau des entrepôts commerciaux. La (mal)chance de rencontrer une patrouille est de ... Les indélicats surpris lors de leur tentative sont mis en détention dans les cellules du rez-de-chaussée de la MiddenheimTor. La taxe d’entrée est alors doublée. S’ils peuvent la payer , ils ne croupissent qu'une journée dans les eaux putrides d'une de ses geôles. Dans le cas contraire, leur détention varie (quelques jours) selon l’humeur des gardes, à la suite de quoi ils sont jetés malproprement en dehors de l’enceinte de la ville.

La porte intérieure de la MiddenheimTor est loué par le Burgraff von Heeden a des commerçants de la ville. Actuellement, elle accueille (à compléter)


LES DIFFÉRENTS QUARTIERS


Le Stümpfell districkt 


Le Stümpfell districkt est constitué par les quartiers du Nord-Ouest compris entre la HeedenStrasse, la BrückenStrasse et les remparts de la ville. C'est ici que l'on trouve la population la plus indigente de Heedenhof. Le sol boueux est recouvert d'excréments et d'immondices. La plupart des bicoques sont faites d'un bric-à-brac de planches de bois et de torchis. Les plus chanceux travaillent dans les entrepôts où sont stockés le bois destiné à être acheminé par voie fluviale jusqu’aux scieries an aval de la Flaschgang. La plupart, sans emplois, survivent grâce à de petits travaux plus ou moins légaux. Les quelques auberges et tavernes du Stümpfell districkt sont guère fréquentables. 

Le Templehäuser districkt 

Il s’agit du cœur historique de Heedenhof. Située au centre de la ville, il est délimitée par la HerczogStrasse, le PalastStrasse et la MarktPlatz. On y trouve les plus vielles maisons regroupées autour du temple de Sigmar et du manoir des von Heeden. Il y vit une population autochtone plutôt bourgeoise. 

Le Speicherstad districk 


C'est un petit quartier au Sud Ouest, délimité entre la Speiche Allee et le PalastStrasse, où se trouve les entrepôts commerciaux. Tout ce qui arrive par les caravanes marchandes, ainsi que ce qui est acheté par les maisons de négoce de la ville pour y être revendu sur la Marktplatz, se trouve là. On trouve de nombreuses auberges modeste qui accueillent les bateliers. C'est un quartier populaire où résident la plupart des manouvriers et des tacherons. 

Le Woohlhabend districkt 

Ce secteur Nord-est de Heedenhof regroupe la plupart des grandes maisons bourgeoises à colombages de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie marchande de la ville. 

Le Geischaftvertiel districkt 

C’est le quartier des affaires. Compris entre la HerczogStrasse, la HeedenStrasse, la MarktPlatz et les remparts attenant à la TalabheimTor, on trouve le temple de Véréna, celui d'Handrich, l'hôtel de ville, ainsi que les bureaux des différentes guilde et de la plupart des maisons marchandes d'Heedenhof.

Le Menschatf districkt

Ce quartier populaire du Sud Est de la ville s’étend entre le cimetière, les remparts, la HerczogStrasse et le Geischaftvertiel districkt. On y trouve les maisons traditionnelles en bois du Hochland sans étage et aux toits de chaume où vit la population modeste de Heedenhof, la plupart des manouvriers et des tacherons des entrepôts. 

La MarktPlatz 

La Marktplatz est la grande place ovale qui accueille le marché de Heedenhof. Tout autour, se trouve les grandes propriétés des familles marchandes les plus influentes de la ville.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire